lundi 9 novembre 2009

Follasses aventures

Nous en étions restés aux follasses aventures de Titiou se frotte au monde. Conséquence logique de ce brusque excès de sociabilité, dès le lundi suivant, j'ai commencé à me sentir pas bien.



Vraiment pas bien du tout.



Et j'ai disparu une semaine entière dans la maladie. La maladie étant un univers à part, régi par ses propres codes.
Attention, disparition :



Suite à ça, j'ai eu... bah pas grand chose à raconter. A part avoir développé un toc autour du thermomètre. Merci de s'abstenir de toute remarque freudienne sur le besoin féminin d'appendice.
Donc une semaine de ma vie passée à la trappe.
Ca fait pschiittt.
La semaine suivante, il y a eu la soirée de lancement de kata-sutra.



Et là, je me suis prise pour le croisement entre révoltée du bounty et Rosa Luxembourg. D'abord, j'ai renversé une bouteille de vin rouge. Comme ça. Gratuitement. J'étais même pas bourrée ni rien. J'avais juste un sac trop gros en comparaison de la superficie de la pièce et une adéquation parfaite entre la hauteur de la table et l'inclinaison de mon sac. Ensuite, j'ai dit à l'éditeur que c'était pas franchement très gentil de sa part de pas avoir payé une des co-auteurs. Même si oui, bien sûr, je comprenais que de nos jours, l'argent, ça coûte cher. Ensuite, j'ai dit à une autre co-auteur que non, je ne lirai pas d'extrait du bouquin à haute voix devant des gens. Que la dernière fois que je l'avais fait c'était à l'enterrement de ma grand-mère alors merci bien. (Précisons que je n'ai pas lu d'extraits de kata-sutra à l'enterrement de ma grand-mère.) A quoi, elle m'a répondu que j'allais quand même viendre m'asseoir à côté des autres qui avaient, elleslesgentilles, accepté de lire. Du coup, ce soir-là, au fond d'une boutique, vous aviez trois filles en train de lire et à côté une petite révoltée adolescente enfoncée dans son mutisme.
A ma gauche :


Autre conséquence, j'ai décidé de faire des photos pendant qu'elles lisaient. Ce qui m'a valu qu'un mec, étrangement âgé et seul, assis à côté de moi me demande si j'étais photographe. A quoi j'ai dit que non pas vraiment. Et il m'a dit que si, puisque je prenais des photos c'est bien que j'étais photographe pour la soirée, sinon pourquoi je serai là. A quoi j'ai répondu légèrement agacée que j'étais là parce que j'avais écrit un cinquième du livre. A quoi il a dit que non puisqu'au lieu de lire j'étais en train de faire des photos. A quoi j'ai répondu que je savais pas lire. A quoi il a cru spirituel de répondre que c'était un peu paradoxal de savoir écrire mais pas lire. A quoi j'ai pensé que j'avais une très forte envie de me pendre.

En face :


A droite :


J'ai soigneusement pas pris l'individu en photo pour pas en faire une star du web hein.

Autre jour, autres filles, autre réunion, autre projet.




Et aussi, j'ai été à l'expo Soulages à Beaubourg et ça mériterait un post à part entière.


Pour les lecteurs attentifs, vous aurez compris que pour moi l'art moderne coolos il ressemble surtout à CA. Or Pierre Soulages, j'ai eu beau me concentrer, j'ai pas trop vu de mouches mortes qui croiseraient leurs petites pattes pour faire rigoler les gens, Soulages, c'est du noir. Enfin... c'est du outre-noir pour être précis. Genre.



(Bon, là, c'est surtout genre l'outre-noir ça passe pas du tout avec cette photo pourrave.) En général, j'aime pas trop qu'on se moque de l'art moderne sur le mode populo-démago. Mais c'est vrai que c'est très tentant quand tu vois des gens qui se concentrent devant des tableaux noirs. Parce que là, l'exemple que j'ai mis, ça reste encore narratif. (Si, j'insiste.) Mais après c'était des tableaux qu'avec du noir. Finalement, le mieux c'était la vidéo de Soulages parlant de peinture. J'aime bien les vieux messieurs intelligents.

P.S. : aujourd'hui, au travail, y'a des nouveaux stagiaires qui sont arrivés. Ils sont bizarres : ils sont jeunes et ils rient. En plus, y'a pas seulement la complicité née de leur proximité générationnelle, c'est pire. Ils se connaissent d'avant. Genre ils sont à l'école ensemble. C'est flippant. Ils rient tous les deux en s'échangeant des mails. Ils ont l'air très sarcastique. Je me demandent s'ils parlent de mon double-menton. Moi, c'est le genre de trucs que je faisais quand j'étais stagiaire.

25 commentaires:

femme de squasheur a dit…

c'est pas un double-menton, c'est une fossette.

titiou lecoq a dit…

C'est gentil, mais sous la fossette y'a bel et bien un double menton. L'autre jour, mon squasheur l'a même pris en photo :(

MaTT a dit…

Dans ce cas-là c'est un cou, pas un double-menton.

titiou lecoq a dit…

Si si. Le truc entre le menton et le cou.

laurent a dit…

ça me fait chier de le dire, mais je crois que c'est à droite qu'on s'amuse le plus.

Fabien a dit…

tes stagiaires, ils rigolaient peut-être de ton joli menton en forme de féfesses...
trop mignon

Anonyme a dit…

tl;dr mais jolie photos

Anonyme a dit…

c ça les jeunes, ils ne respectent plus rien. Prépares-toi à des futurs difficiles et à une nouvelle crise de maladie.
En mm temps, tjs aussi jolie mm malade. Décidément, tu es douée..

UB a dit…

Coucou

Toujours autant fan ! Voici un petit article de branleur sur Soulages:

http://freakosophy.over-blog.com/article-une-pomme-deux-poires-une-oeuvre-d-art--38373843.html

Encore plus de posts pleassseeeee...

U.

Anonyme a dit…

Titiou tu es belle.

Anonyme.

Anonyme a dit…

Temperature

Le baiser est en amour ce qu'est le thermomètre en médecine. Sans lui, on ne se rendrait jamais exactement compte de la gravité de son état.

Pierre Danisos

Sinon Soulage c'est bien!!!!!!
C'est tout !!!!!!!

Anonymous is my name.

j2s a dit…

Un double menton, des lunettes demi-lune, un air concerné et c'est parti.

yacine a dit…

Ca a l'air bien tes soirées de lancement. Je veux bien venir à la prochaine (ou à la pendaison publique de ton prochain éditeur, au choix).

ophise a dit…

Soyons concises : j'ai pu me la péter devant mes collègues en lisant un article de Elle ou l'on te cite (longuement d'ailleurs). Ca le fait assez bien. "Oooooh Titiou Lecoq !!!".
Insistons lourdement sur le fait qu'il s'agit de mes collègues ! (que finalement c'est plutôt flatteur qu'ils ne te connaissent pas).
Mais merci quand même pour le quart d'heure (la minute ok ok) de gloire !

PS : sinon pour le double menton tu joues catégorie débutante : dans la famille j'en connais qui pèsent 45 kilos toutes mouillées et qui ont un "vrai" double menton ! Tu ne m'inspire aucune compassion sur ce coup là. Carrément. Non négociable. Circulez y'a rien à voir. Parce que... c'est une fossette !!!!! (charmante par ailleurs)

arno a dit…

Quel double menton ?

lucie a dit…

Mais arrêtez!
vous voyez bien que c'est pour qu'on lui jette des fleurs!!!
pfff les gens alors ^^

yacine_ a dit…

J'ai les 3 derniers Elle à portée de main. C'est quoi l'article ?

Une nonne nimousse a dit…

Suis-je le seul à trouver qu'il y a quelque chose de magique dans la photo que j'appellerai "Une bière à Beaubourg" ?

Sans pour autant être capable de mettre des mots sur le pourquoi, cadrage, lumière, géométrie, angle de prise de vue ...

Vinz a dit…

rien à voir avec la choucroute, mais je ne savais pas où t'envoyer ça :
http://failblog.org/2009/11/12/bathroom-fail-3/
Pour compléter ta collec'...

MaTT a dit…

@Une nonne nimousse
La prix de la bière? :)

doc a dit…

J'ai vu bien plus mauvaise tête et bien pire double menton, si ça peut te rassurer.

Anonyme a dit…

Si ça peut te rassurer, moi aussi j'ai vu encore plus moche (une malheureuse qui s'est fait attaquer par un chimpanzé).
Et puis l'important c'est la beauté intérieur, donc arrêtez de critiquer!

j2s a dit…

vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi, vendredi.
Ben, ouais, on est vendredi, quoi, je veux dire... Je sais que le commentaire est écrit sur (sous) le post du lundi mais j'ai rien trouvé de mieux pour harceler l'auteure ;)

Vince a dit…

Dur dur la liberté d'expression sur internet! Je disais donc qu'à mon avis tu le sais que tu es mignone.Mais on a déjà du te le dire, n'est-ce pas.

Cela n'as rien à voir mais je me demande si c'est vraiment utile de communiquer via internet.Pourquoi se compliquer la vie alors qu'il est plus fluide et plus sur de communiquer au naturel (le vol d'identité n'est presque pas possible dans la Real Life) Décidemment, rien ne remplace le contact physique et presque charnel de la parole .J'aime autant discuter avec mes amis de longue date de sujet sérieux ou léger, que de me concentrer sur un travail pendant des heures quitte à m'éloigner temporairement d'internet.Internet ne serait-il pas dans certain cas un simple outil qui favorise la détestation,un outil qui permet le viol régulier de la vie privée,un sabre !
Et pourtant internet est génial eu égard aux connaissances qu'il offre.
Internet dans certain cas est tout simplement un bracelet électronique pour des internautes qui sont bien souvent complètement innocents.En général, ils veulent juste être ouvert aux gens qu'il rencontre.Pourquoi faudrait-il être ouvert à un très petit nombre de personnes qui auraient posé des droit d'exclusivité sur nous.

Steph a dit…

C'est drôle, à chaque fois que je lis une phrase qui commence par dire qu'on n'aime pas un procédé... c'est pour l'utiliser juste après. Et ça n'a pas loupé sur le mode "populo démago".

Ne pas être touché par la peinture de Soulages est le droit de chacun. Mais je vous assure qu'il existe au moins 2 ou 3 personnes qui peuvent être sincèrement absorbées par une toile "qu'avec du noir".

En lisant ça, m'est revenu la réponse d'une personne qui venait d'être "traité" d'enculé: "si vous n'aimez pas ça, n'en dégoutez pas les autres".