mardi 30 septembre 2008

Seconde Chance - part two

Mais tout cela n'est que très anecdotique. Il y a deux points essentiels dans Seconde Chance.
Primo, ça valide ma thèse de la conquête du monde par les MILFS. Après avoir été relativement inexistantes pendant des siècles, ce qui perso m'allait très bien, les MILS sont partout. Evidemment, Sarah Palin, la Nadine Morano américaine. Et désormais donc Alice Lerois avec son air de Sainte-Nitouche qui donne envie d'aller la prostituer à Bogota.



Enfin... Tout le monde ne partage sans doute pas mes tendances sadiques.

Deuxio, j'ai une nouvelle détestation nommée Jonathan Demurger.
Et là, arrêtons-nous une seconde sur ce sujet d'une folle importance. Dans Betty, j'avais été sidérée (positivement) par le personnage de Justin (le neveux de Betty). Mais dans Seconde Chance je suis prête à lancer tout de suite une pétition pour la mort dans d'horribles souffrances du fils de l'héroïne. Jonathan Demurger. (allez jeter un coup d'oeil sur son site officiel, vous remarquerez que le fond bleu n'est pas sans rappeler le bleu des yeux de Jonathan).

Certes il est beau.
Mais c'est pas sous prétexte qu'on a des sourcils très bas près des yeux qui donnent un air pas content que ça dispense de jouer la comédie. Lui, ça va pas être possible.
Je sais, c'est moche de se moquer d'un jeune acteur et il serait plus courageux de s'attaquer à des stars reconnues. SAUF QUE, à l'heure actuelle, je ne vois aucun acteur capable de m'exaspérer autant que ce môme. C'est surement un gentil garçon, peut-être même un être humain comme vous et moi (mais ça j'en doute un peu quand même) mais c'est simple, à chacune de ses apparitions sur mon écran de télé, je fais une crise de psoriasis.
Je pense qu'il pourra remporter haut la main le Gérard du plus mauvais acteur de télé - une catégorie où pourtant la concurrence est rude.

A sa décharge, il est pas aidé par les scénaristes qui, visiblement, ont décidé de ruiner sa carrière - et peut-être même sa vie sociale pour les 20 ans à venir. A la fin du deuxième épisode on pressentait quand même vaguement que ce lycéen en sports-études allait avoir un problème de drogue. Or, depuis l'addiction au crack de Cricri d'amour dans Hélène et les garçons, il me semblait qu'une loi était passée interdisant catégoriquement aux scénaristes télé français de traiter ce genre de thèmes. Le massacre est à suivre.

11 commentaires:

zapette a dit…

D'ailleurs, ce jeune éphèbe vient de "sous le soleil", ceci expliquant cela et bien plus encore

Sylvain a dit…

Je regarde pas du tout assez la télé pour comprendre quoique ce soit. Mais je pense que quand même, c'est très très bien, ce que tu as écrit.

titiou a dit…

C'est bien, ça fait les deux extrêmes. Entre l'un qui a réussi à échapper au mitraillage de TF1 pour le lancement de sa nouvelle série et l'autre qui reconnait l'éphèbe de Sous le Soleil. Et le Jonathan, il jouait déjà aussi mal à Saint-Tropez ?

ema ou la bienveillante a dit…

j'adooooooooooooooooooore ! je veux prostituer des actrices télés aussi. on monte un business ?
on pourrait faire faire du mortal kombat à ce Jonathan ?
on va enfin gagner de la thune !!!

nadia a dit…

aussi mal, mais la misère est moins pénible au soleil

Fred a dit…

Très drôle. Un texte mentionnant les Gérard est toujours très drôle.

Nikole a dit…

Ebavoilà, c'est à cause de cet article que j'ai regardé. Et - bordel de chiottes - le Jonathan a du mal à être convaincant même quand il dit "salut" ... le pauvre.

titiou lecoq a dit…

Nikole, tu me plais de plus en plus. Mais qui es-tu ?

Nikole a dit…

Je suis ton père ? KCHHHH.
Je te lisais (toi et Ondine aussi, si je me souviens bien) déjà en 1832 sur Myspace. Ca fait une paye vieille branche ! Beh ouais, une putain de verve t'as vu, ça ne se perd pas de vue.

titiou lecoq a dit…

1832, la meilleure année de myspace.

Ondine... Je note que tu connais donc son vrai nom et pas seulement son identité virtuelle...

L'épouse rétroactive de Byron Sully a dit…

Ah sacrée cuvée tu m'étonnes !
Ouais, elle avait prétendu connaître le parfait sosie de Christian Slater et avait m'avoué être également très fan d'Oggy et les cafards et Indiana Jones. Tout de suite, ça force le respect.