mardi 11 août 2009

Facebook, Twitter, Friendfeed



Alors que depuis quelques mois, pendant les cafés que je prends avec mes amis qui aiment parler d'internet quand on se voit IRL, on s'interroge régulièrement sur l'après Facebook VS Twitter, la guerre entre les deux blocs continue. Enfin... surtout du côté de Facebook bien décidé à éliminer son adversaire. (Et pas précisément concurrent puisque les deux sites ne proposent pas les mêmes services - jusqu'à présent...)


Si les statuts Facebook ressemblent pas mal à des tweets (entre autre parce que Mark Z. a tout fait pour, en offrant par exemple la possibilité de poster des liens ou des photos), l'avantage restait à Twitter en grande partie grâce à la puissance de son moteur de recherche en temps réel. En général, sur le moteur de recherche de Facebook on ne recherche que des gens précis ou des groupes. Sur Twitter, on va pécher des infos comme on le ferait sur Google mais pour avoir de l'info en temps réel. Si on nous bassine avec Twitter et l'Iran, c'est parce que le site permet d'avoir accès aux infos les plus récentes postées directement par des utilisateurs sur place. (Reposant l'éternel problème de la non-vérification des infos mais qui ne semble pas préoccuper grand monde.)


Mais chez Facebook ils sont d'une réactivité assez stupéfiante. Ils ont décidé de tuer Twitter. Kill kill kill. En phase bêta, il y a désormais une option apparemment anodine : on rédige son statut et on peut choisir son degré de confidentialité - comme pour son profil ou ses albums photos. Je veux que ce statut soit visible par tout le monde, par mes amis, par mon réseau etc...
Pour l'utilisateur lambda, l'option peut paraitre inutile. Et pourtant, en offrant la possibilité de laisser un statut visible par tout le monde, Facebook va pouvoir intégrer un nombre nettement plus grand de résultats dans son moteur de recherche. Bientôt vous pourrez donc chercher tous les statuts Facebook parlant de l'Iran - que les personnes en question soient vos amis ou non - selon le degré de confidentialité qu'elles auront choisi pour ce statut précis. [Facebook aura donc tendance à encourager grandement ses utilisateurs à mettre un maximum de contenu en public, je vous dis ça comme ça hein...]


Et ce 10 août, Facebook a franchi un pas de géant en annonçant qu'il avait racheté Friendfeed (ououou... comment j'aurais kiffé voir la tête des mecs chez Twitter en apprenant la nouvelle...). Ca ne vous dit peut-être pas grand chose mais cette nouvelle est énorme - pour moi les gens qui ont peu ou prou renoncé à toute vie sociale offline.
Friendfeed c'est quoi ? Un agrégateur de vos activités en ligne aka l'avenir du web social. Ok, c'est peut-être pas clair pour tout le monde. On reprend.

Pour vous situer, les mecs qui ont créé Friendfeed, c'est des anciens de chez Google qui avaient mis au point des bricoles comme Gmail ou Google Maps. Avec Friendfeed, vous réunissez toutes vos activités en ligne (Facebook, Youtube, blogs etc...). Sur Friendfeed, vous pouvez rédiger un message comme un statut Facebook ou un tweet mais sans être limité à 140 signes (ouf), vous pouvez partager toutes vos photos, vidéos, n'importe quelle connerie ou info coolos trouvée sur le web. Vous n'avez plus à naviguer entre vos onglets mails/facebook/twitter/netvibes. Toutes vos activités internet sont regroupées et vous pouvez les partager avec vos amis et inversement suivre celles de vos potes. En résumé, Friendfeed ça ressemble à l'avenir de Twitter.


D'après le site Mashable, qui a quand même très souvent raison sauf quand il a tort, Facebook n'a aucun intérêt à garder Friendfeed ou à continuer de le développer. Son intérêt évident est de récupérer les compétences techniques de Friendfeed pour les intégrer à Facebook. En gros, ils se payent les mecs les plus forts du moment (davantage qu'une véritable entreprise, Friendfeed ayant une douzaine d'employés) pour qu'ils les aident à faire de Facebook le seul et unique site participatif au monde.
Ce qui rejoint la prédiction générale selon laquelle l'avenir des réseaux sociaux c'est l'open ID - la connexion totale. Vous vous connectez une seule fois et vous avez accès à tous vos comptes. Ca, c'est le versant purement technique. Mais du coup, on va aussi vers une reconcentration de tous nos profils internet et activités online en général. Ce vers quoi tendait également à un moment Google, avant de vouloir devenir un système d'exploitation (en même temps, Google tend vers tout, Google est tout). Le jour où Facebook et Google vont se retrouver en guerre, ça va être titanesque.


Dans ce post, j'eusse pu développer nombre de points (par exemple pourquoi je ne pratique pas Twitter) mais il est tard et comme j'ai décidé de mener une vie saine faite de travail, de chocolat et de levers avant midi, je laisse en suspens.

17 commentaires:

Arno Fresh a dit…

Arno aime votre texte

Ah ben je vois qu'on a un peu les mêmes lectures... On verra bien où tout ça nous mêne ma pauv' dame mais comme parazar, Facebook a lancé un nouveau moteur de recherche en temps réél façon Twitter. ça va saigner...
Sinon j'ai vraiment pris goût à Twitter, peut-être parce que le vois avec un optique pro et que pour moi chaque twitt n'est pas une info en soi - quoique...- mais juste le bout de fil d'une pelote. Faut juste tirer un peu dessus...
Et j'aime bien la limite de 140 signes, ça fait travailler son sens de la synthèse.

Sinon j'aime bien aussi quand t'es pas que girl mais bien geek. (non, les animaux ça compte pas en tant que truc geek...)

j2s a dit…

Regrouper toutes nos activités sur Internet, c'est l'idée la plus coule pour pouvoir nous surveiller de façon efficace. On pensera naïvement être libre, comme aujourd'hui d'ailleurs.
Au fait, pas mal, la réactivité concernant cette info : un petit tour sur lemonde.fr et un ici : deux articles, deux points de vue (encore que sur LM, le point de vue, ce soit pas ça qui les étouffe) sur le même sujet. Je dois dire qu'un des deux articles était "comême" plus sympa à lire .

laurent a dit…

Vivement la suite pour que tout ça s'éclaircisse.

Richard a dit…

ce qui me gene dans le concept de l'OpenID, c'est la sécurité. il suffit d'un site négligent ou malhonnete, et on a acces a l'intégralité de votre vie.

quant aux fonctions de partage automatique des trucs cromignons qu'on a vu sur le net, c'est se priver du plaisir d'en parler soi meme a ses amis.

je me crois décidément trop vieux pour comprendre ce nouvel internet qui émerge.

PS: j'allais oublier la politesse d'usage : Titiou je te kiffe trop, j'adore ce que tu fais, et je suis jaloux des gens qui te croisent dans un café IRL qui peuvent te dire tout ca en face :D

Romain a dit…

Il est très bien cet article, à l'OpenID près. Merci !

Antonin a dit…

un premier commentaire pour apporter peut-être un complément d'information, pas vu dans l'article.

Google a déjà un "tout global" dans les tiroirs, et c'est ici: http://wave.google.com/...

Anonyme a dit…

Ben moi, je pense que comme tu es hyper bavarde donc 140 mots sur Twitter pour toi c'est trop juste!!! ;o) mais il me tarde d'avoir ton "point of view" sur le sujet. Moi je refuse de me répandre sur "face de bouc" et j'ai pas envie d'avoir plus d'amis que je n'ai déjà. Ceux que j'ai me vont bien, merci !!!!!
Sinon c'est tjrs un plaisir de te lire ;o) des bises !!!!!


Anonymous du Sud

titiou lecoq a dit…

J'espère que vous avez tous remarqué mon incroyable réactivité sur le sujet (et merci j2s !). (En même temps, le mois d'août à Paris, y'a pas grand chose à faire hein.)

Google mériterait un post à part entière donc j'ai pas voulu trop développer ce point. Surtout que oui, j'ai tendance à faire des tartines de 40 000 signes (et donc, j'ai effectivement une incapacité d'ordre physiologique à twitter).

Jotabé a dit…

Ce qui me dérange le plus dans le fait de Twitter, c'est de parler de moi. Je trouve que cet outil développe en chacun de nous un égo qui est déjà bien assez démesuré comme cela avec la société actuelle.

Donc, no twitter pour moi, même si je bosse dans le communautaire associé au jeu vidéo et qu'évidemment je fais office d'ovni.

Régis a dit…

pour la non-vérification des infos, le problème vient souvent du fait que l'on confond information et média... Twitter est un juste un relais d'infos (vraies ou fausses), et non une source.

matiu a dit…

C'est brillant. Mais je partage les inquiétudes des autres participants sur le danger de l'open ID: quand on voit que des données de type dossiers d'assurance maladie, ou dossiers bancaires, se retrouvent dans la nature (cf scandale en Allemagne, entre autre...) on ne peut que s'inquiéter de cette tendance au regroupement/recoupement des info personnelles; D'autant plus que l'info perso aka la liste de nos goûts, sites favoris centres d'intérêts, sera l'or, le pétrole, l'uranium et le chocolat du 21eme siècle.
Et me faire abreuver de publicités ciblées, ca va, stop, mon gmail fait déjà ça très (trop) bien...
En tout cas moi aussi j'apprécie grandement ce genre de billets, bravo.

Perdita a dit…

Merci pour tous ces éclaircissements qui m'évitent d'avoir à synthétiser moi-même. Peut-être même que je vais frimer un peu sur le sujet, genre "Friendfeed n'a plus de secret pour moi".
Je suis moyen pour Twitter et comme toutes les vielles connes, je me méfie de l'openID

Arno Fresh a dit…

Facebook Lite arrive, comme par hasard.
(ils doivent tellement détester les mecs de Twitter chez FB...)
http://www.techcrunch.com/2009/08/11/facebook-begins-testing-facebook-lite-a-faster-simpler-version-of-the-service/

MitlaMit a dit…

Les gens s'inquiétaient de conflits à venir entre les Etats-unis et la Chine, mais Facebook VS. Google, étrangement, ça m'inquiète plus.

Vraiment plus.

Sven a dit…

+1 dans le registre "vieux con" .. le geek oldschool en moi s'inquiète très fort de ce concept d'Open ID ...

Cependant, ce qui m'inquiète vraiment depuis maintenant plusieurs années (depuis l'apparition de Myspace, puis Facebook, puis Twitter en fait), ce n'est pas tant le danger que peut représenter pour la vie privée la divulgation aux quatres vents de données personnelles, fussent-elles anecdotiques en apparence.
En effet, dès l'apparition de la notion de réseau, et la mise en ligne de la première base de donnée, même protégée, il était évident que plus aucune donnée n'était secrête. Toute information est disponible pour qui sait comment la trouver (même illégalement), c'est à la fois l'essence même et le biais du Réseau.

Ce qui m'inquiète, c'est que la base, le fondement, l'essence de ces systèmes web 2.0 c'est que ces éléments de vie privée, personnelle, c'est chaque utilisateur qui l'expose ! Volontairement !
Le dévelloppement de ces outils autorise (et encourage) chacun à être d'un exhibitionisme stupéfiant. C'est ça qui me surprends chaque jour. Chacun est encouragé à être à la fois acteur mais aussi spectateur de sa propre vie, et spectateur assidu de la vie des autres.
Que retire t'on du spectacle de la vie des autres, qu'ils nous soient proches ou non ? Quelle est la valeur de l'avis et de la vie de la personne dont on est en train de lire le blog, le mur Facebook, les commentaires myspace ou les tweets ?
Le début du web était étrange pour la génération pré-internet: les "vieux" trouvaient bizarre que nous soyons sur ICQ, sur MSN, sur les forums à discuter avec des gens aux 4 coins de la planête, sur la seule base d'affinitées communes et de sujet de conversations communs, et y voyaient la fin de la sociabilité, du dialogue avec ses voisins, au café, etc.
Finalement les "réseaux sociaux" sont apparus et ont reconstitué l'analogue d'un café du coin. sauf qu'a la table chacun y parle uniquement de soi ou écoute l'autre parler de lui. Et c'est tout. On parle de soi, ou de l'uatre, on commente sa propre vie ou celle de l'autre. Mais tout ce temps en narcissime réciproque, c'est du temps en moins pour parler d'autre chose. Quoi que ce soit, par forcément quelque chose d'intellectuel hein ... Mais le temps (considérable !) que passent les plus jeunes à parler d'eux même ou les uns des autres au détriment de quoi que ce soit d'autre m'étonne beaucoup ...


(Vive les tartines de 40.000 signes ^_^)

Pierre-Eloi a dit…

J'aime beaucoup la photo que vous avez choisie pour illustrer cet article, même si je ne vois pas trop le rapport avec les barres chocolatées.

Je trouve injuste que vous puissiez utiliser le tag qui rature les mots, et pas nous.

Je tenais à le dire, au risque de choquer Arno Fresh.

Guillaume a dit…

Tiens j'en profite parce que je suis nouveau chez wat (du coup je lis les posts à l'envers...), je pense être un "geek" et j'ai pas de compte twitter est-ce que c'est grave, docteur ?

On entend tout et n'importe quoi sur twitter, j'attends avec impatience ton analyse sur le sujet.

Guiz'