vendredi 10 avril 2009

un post stalinien sur les chaussettes

En découvrant un titre aussi prosaïque, vous pensez peut-être que je vais encore sécher le post sexuel du vendredi mais que nenni. Au contraire, avec les chaussettes, on aborde le coeur du sujet. Si vous vous reportez au TD n°45 (pour ceux qui ont perdu le fichier il est consultable ICI ), vous vous souvenez que dans les films américains, au moment de baiser, les héros n'enlèvent jamais leurs chaussettes. Jamais jamais jamais. Ils arrachent chemises et pantalons et hop, ils sont à poils. Pour ma part, je ne suis pas dupe de ce tour de passe-passe : il ne s'agit pas juste d'une convention pour gagner du temps mais bel et bien d'une manifestation de ce qu'il faut qualifier de tabou de la chaussette dans la sexualité. 
Pensons clairs, soyons staliniens : la baise, la vraie baise, elle se fait soit pieds nus, soit en chaussures (mais là, ça nécessite généralement l'appui d'un mur). J'ignore pourquoi, c'est un état de fait.
La première fois où ça m'a frappée c'était dans un film de boules amateur. Une excellente vidéo d'un très joli couple. On en parlait avec un ami qui m'a dit "ils sont nus, ils sont beaux, ils pinent... c'est tellement dommage que le mec ait gardé ses chaussettes". J'avoue que je n'avais pas remarqué ce détail. Mais du moment où il me l'a dit, j'ai su que c'était foutu, je ne verrai plus vu que ça. Ses putains de chaussettes. La vidéo est partie dans ma corbeille. 
Dans le scénario classique de la vraie vie, ça se passe comment ? Vous commencez par vous embrasser fougueusement, vous enlevez des épaisseurs en haut, puis vous faites valser les chaussures (étape essentielle pour enlever le pantalon). Un enlèvement rapide des chaussures est crucial - et à ce titre, les converses sont un handicap très net. Les chaussures envoyées en travers de la pièce, les pantalons ne tardent pas à les rejoindre. Et là, vous vous trouvez donc en chaussettes. Avec un t-shirt, une culotte, un caleçon, ce que vous voulez mais l'essentiel c'est que vous êtes jambes nues en chaussettes. La société moderne occidentale est ainsi faite que la première fois que vous couchez avec quelqu'un, c'est aussi souvent la première fois que vous le voyez en chaussettes et ça, c'est assez déstabilisant. (Impression de trouble accentuée par des combinaisons contre nature comme string + chaussettes.) Il y a quelque chose de terriblement attendrissant à voir un garçon ou une fille en chaussette. Quelque chose d'étrangement enfantin. Mon meilleur ami adore les gens en train de manger. Une passion comme une autre - quand il surveillait la cantine, il couvait avec les yeux de l'amour les pourtant affreux petits monstres qui nous pourrissaient le reste de la journée. Son explication est simple : il trouve que la nourriture rend les humains vulnérables, qu'une personne en train de manger a toujours l'air désarmée (donc désarmante).
Bah moi, ça me fait pareil avec les gens en chaussettes. Je trouve que ça donne un truc désarmé, enfantin, attendrissant (donc pas forcément synonyme de sexy en diable).
Vous pouvez avoir ça :


ou ça à vos côtés :

peu importe, au moment où les garçons se retrouvent en chaussettes ils ont l'air d'avoir 8 ans, et ce malgré le fouillis de poils qui dépasse au niveau de l'élastique.
Evidemment, cet instant dure une poignée de secondes, presque rien du tout, une fraction insaisissable. Il n'empêche qu'il est incontournable dans nos régions tempérées. Il faut donc enlever les chaussettes. Et ça se complique. Parce qu'enlever les chaussettes c'est souligner le fait qu'on est en chaussettes. Voir quelqu'un enlever ses chaussettes au moment de baiser, je trouve toujours un peu bizarre. C'est un peu le retour à l'adolescence, les tripotages sur le canapé tout habillés. Ah... Les années 90 et l'époque glorieuse des chaussettes à motifs rigolos...  

Genre ça vous rappelle rien ? 
Une vraie passion ces chaussettes rigolotes.

Bref.
On glisse donc le pouce entre la chaussette et la peau et on fait glisser. Et là, on sait qu'on passe aux choses sérieuses. Débarrassés des chaussettes, on va enfin pouvoir niquer tranquille. Comme des adultes.
Mais le rituel de la chaussette ne s'arrête pas là. Il y a aussi le lendemain de la chaussette. La conséquence logique du bordel à fringues éparpillés la veille dans la pièce. Si, en règle générale, on retrouve assez facilement ses vêtements au pied du lit, ce n'est jamais le cas des chaussettes. Jamais jamais jamais. Il en manque toujours une des deux (coincée derrière/sous le lit, entre deux épaisseurs de couette ou au-dessus d'une étagère). Et puis, il y a la chaussette noire unisexe. Pour le coup, que la baise soit hétérosexuelle ou homosexuelle, le problème est le même "attends, je crois que c'est ma chaussette celle-là", "ah, t'es sûr ?" 

24 commentaires:

ophise a dit…

po d'accord ! Moi c'est ma culotte que je met toujours un temps fou à retrouver (oui j'enlève mes chaussettes mais je garde ma culotte avant d'entrer dans les draps frais de la luxure, j'assume)

No a dit…

tellement vrai ! bravo clap clap.

titiou lecoq a dit…

J'admets. C'est le problème des choses petites qui se mettent facilement en boule dans un coin. Mais les chaussettes (sauf incroyable excentricité) y'en a deux. Donc deux fois plus de risques d'en perdre une.
Nan ? C'est pas logique ?

Zora a dit…

J'ai toujours enlevé mes chaussettes dans le même mouvement que mon fut. Et tu peux faire pareil en déshabillant un garçon, en baissant le pantalon, t'attrapes les chaussettes avec les doigts ou le pouce (sans griffer hein ou pas trop) et hop, du deux en un très pratique. En plus après du coup elles ont tendance à rester dans le pantalon et sont donc plus simples à retrouver après.

Anonyme a dit…

Etre gentleman, c'est sans doute retirer doucement et avec beaucoup de sensualité les chausettes de ladite dame tout en baisant... ce que l'on veut... puis d'en faire une seule boule que l'on jettera négligeammment à un coin (repéré) de la pièce (si possible pas dans la litiere du chat ou le bocal des poissons rouges), afin de pouvoir se servir à nouveau de ses mains (en plus de ses lèvres); pour enlever ce que l'on veut, par exemple ses propres chausettes...
pour l'homme qui est un petit garçon, le devient-il encore plus lorsqu'il cherche, à quatre pattes ses chaussettes dans toute la pièce ?

titiou lecoq a dit…

Zora : ton conseil est fort judicieux mais selon ma propre expérience, ça requiert une certaine dextérité quand même. Ou au moins de ne pas avoir deux mains gauches.

Je dis oui anonyme, je dis l'homme évolué enlève les chaussettes de la nana.

Tehanor a dit…

J'ai connu une nana, chaque fois que j'arrivais à ce stade, c'était le drame. Elle avait toujours deux chaussettes différentes : une avec Dingo qui me fait un clin d'oeil depuis son avion (Walt Disney avait-il prémédité le côté coquin-malin de cette connivence œillère ?), l'autre avec un Porcinet ayant l'air de drôlement s'éclater en faisant Hula hoop.
La pauvre n'avait pas suivi mes recommandations en trillage de chaussette par bande de couleur. Elle avait depuis longtemps abandonné la partie, et me gratifiait chaque fois dans sa nudité de nouveaux duos podologues de charme.
Pas ce qu'il y avait de plus excitant mais ça restait foutrement amusant (sans vouloir faire de mauvais jeu de mot).
Enfin, tout ça pour dire que je te rejoins parfaitement dans cette analyse de la chaussette comme forme de kidulterie ludique aux scènes de baise.

titiou lecoq a dit…

ô mon dieu... Tehanor... C'est moi.
JE N'AI JAMAIS DEUX CHAUSSETTES IDENTIQUES.
En même temps, j'ai jamais eu de chaussettes Dingo ou Porcinet... Je me contente de varier les couleurs à chaque pied.
C'est presque moi.

Robert a dit…

Moi je les garde autour du cou, ça évite de les enlever!

Ainsi elles ne sentent pas mauvais! Mais étrangement je ne trouve pas d'amie!

titiou lecoq a dit…

Robert : les garçons drôles méritent d'avoir des rapports sexuels.

Robert a dit…

Merci Titiou!!! Dommage que les filles de ma ville ne pensent pas comme toi!:s

Lulu a dit…

Jeu vou feurez remaquer maisdames qe Marlon et dan zun tail aita, con risqeupas d'iniauré ou pairdreu sais chossaites! y len a tougeour deu lui! (jeu parleudes cho settes hein!)

Graux bi zouuuuus ptite tiou

Biaise a dit…

Le plus dur à retrouver c le soutif' tellement il est arraché passionnément!

Et puis c'est vrai que les chaussettes sont les pires tue-l'amour... et cet article a une bien drôle manière d'aborder ce sujet ! ^^

Léo a dit…

Mé qi ceux pairmé deux cignai montaix te!!!

ontavou

Ptite Tiou ceux naipa toa, jeux sé!

Anonyme a dit…

On parle de baiser en chaussettes, mais qu'est-ce que vous pensez de baiser avec une chaussette ;)

Cléo a dit…

Quand un chaussette a disparu définitivement de l'appartement, on peut en effet se poser des questions, où est-elle, qu'ai-je fait cette nuit? Et puis avec les hommes et leur maladresse!

david a dit…

Je suis le seul à m'en foutre si quelqu'un garde ses chaussettes lors d'un rapport sexuel ?

Arno Fresh a dit…

Ah ben j'ai fini par développer d'habiles techniques de ninja pour enlever ces fameuses chaussettes (les miennes et celles d'en face parfois.) En un mouvement ou presque et sans éparpillage.
En revanche, une fois j'ai perdu mon passe Navigo.

Sylvain a dit…

Et la chaussette qui se retrouve en boule cachée dans le pantalon parce qu'on a enlevé les 2 (enfin les 3) en même temps, personne n'en parle ?

Cléo a dit…

Je tiens à signaler sue je suis allergique aux poils de chaussettes...

Alors gare ou vous les mettez messieurs...

Mouton a dit…

Pour moi, la chaussette n'est qu'un problème parmi d'autres dans le rituel du déshabillage pré-coïtal. Qui n'a jamais eu un petit moment d'appréhension à l'instant de se défaire d'un jean ultra serré ou de collants bien taille haute ? C'est là qu'on se dit que la combinaison robe + bas n'est pas qu'esthétiquement fantasmatique mais aussi diablement pratique. Sinon, pour le problème des chaussettes, je pratique une sorte de voie du milieu, dans la plus pure philosophe bouddhique, je porte la Converse sans chaussettes.

Aymeric a dit…

Il y a bien une solution, mais, niveau "sensations", c'est pas génial...
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/a/a6/Rhcp4.jpg

gwendoline a dit…

hé hé hé ! J'adooooooore ! :)
(oui je sais c'est pas ce qu'il y a de plus constructif comme commentaire mais c'est dit)

titiou lecoq a dit…

Si, si.
Moi je trouve ça très constructif :)