vendredi 8 mai 2009

le lendemain matin

Etant une pure et innocente vieille dame, je tiens rarement des propos susceptibles de choquer la bienséance. Pourtant, pendant des années, j'ai répété un truc qui faisait systématiquement bondir tout le monde, garçon comme fille, un truc qui me donnait l'impression d'être un monstre, ma conviction que le sexe le matin c'était blasphème. 
Le sexe l'après-midi un peu aussi d'ailleurs. (Sauf si on est en vacances dans un pays ensoleillé.) 
Le sexe, c'était la nuit. Un point c'est tout. 
Nan, je ne suis pas une personne psycho-rigide. C'est juste une question de bon sens. Visiblement pas du tout partagé par la plupart de mes amis qui s'exclamaient "T'es folle ?! Faire l'amour le matin c'est génial!!" 
Ah... 
Vous êtes sûrs *espèce de bande de pervers dégénérés* ? 
Je me suis demandée si j'avais un problème hormonal, si ça existait un problème hormonal qui n'apparaîtrait qu'à certains moments de la journée. Parce qu'en plus, le matin ma sensibilité était à peu près équivalente à celle d'un gigot sous cellophane. En gros, vous pouviez m'enfoncer des clous dans les poignets ou me faire dévorer les mollets par des rats, ça ne provoquait aucune réaction au fond de mon oeil vide - hormis un léger grognement de mécontentement.  Et puis, je me suis rendue compte que le problème était plus vaste.
En fait, le matin, il y a peu de choses que je trouve supportables. Personnellement, après m'être levée, il me faut une heure, un litre de thé, à manger, une émission complète de France Inter (là, je pourrais vous mentir et dire "une heure d'infos avec Nicolas Demorand" mais vu mon rythme de vie calamiteux de ces derniers temps, ça serait plus le créneau horaire du Fou du Roi et encore... là, je continue à mentir un peu) bref tous ces facteurs doivent être réunis pour que, vaguement, je commence à sortir de ma torpeur et à devenir à peu près opérationnelle pour entamer la journée. Donc autant dire que les acrobaties sexuelles au réveil, ça ne pouvait pas être mon truc. C'était pas lié à un problème hormonal, c'était quasi-existentiel. 
Mais ce n'était pas seulement le sexe au réveil le problème, c'était plus généralement le réveil avec quelqu'un. Et là, c'était un drame cornélien puisque : "s'endormir avec quelqu'un = paradis", "se réveiller avec quelqu'un = Guantanamo", "se lever et devoir entrer en communication avec un autre être humain = Klaus Barbie". Malheureusement, j'ai assez tôt découvert qu'à moins de pécho un vampire, les gens ne disparaissent pas avec le lever du soleil. (Spike, Lestat, j'ai toujours su que vous étiez faits pour moi.) Etant peu ou proue un genre de princesse, le seul être vivant admis à assister à mon réveil, c'était Tikka.
 D'où l'intérêt de ne jamais ramener personne chez soi. Règle de base. Aller chez l'autre permet de partir vite. Voire très très vite. Dans ce domaine, j'ai battu des records personnels assez exceptionnels. (Votre partenaire est en train d'essayer d'ouvrir son deuxième oeil que vous êtes en train de composter votre ticket de métro.) Conséquemment, j'ai inventé le combo "sortir du lit, s'habiller, se casser et envoyer un texto d'excuse". 
Je serais un mec, je passerais pour un gros connard. Comme j'ai l'immense chance d'être pourvue d'une chatte, ça me donne juste l'air d'un animal sauvage. Après, évidemment, on peut se demander si dans le fond, je ne suis pas quand même un gros connard. Ou en tout cas, mon modus operandi y ressemblait fort. Avec l'expérience, j'ai découvert qu'il était possible de prévenir la veille que je risquais de m'enfuir le lendemain "sans offense hein, faut pas y voir un truc personnel". 
Du coup, vous comprenez bien que pendant des années, ma préoccupation première le matin ait été "comment je vais faire pour me casser discrètement et surtout SANS avoir à prononcer un mot" plutôt que de pratiquer une activité sexuelle. 
Ceci étant, j'ai l'impression que c'est en train de s'estomper. Je me ramollis un peu. Ma mauvaise humeur se fait plus légère. Et du coup, je me heurte à un nouveau constat : le matin, je suis nulle. Certes, je ressemble un peu moins à ça : 
Je ne suis plus le monstre prêt à vous envoyer à la gueule votre tasse à café si vous osiez lui dire "bonjour" mais c'est pas encore ça (vous noterez le sourire avenant de la meuf cool) :  
En gros, après des années en tant que monstre, je suis passée au stade de l'handicapée - ce qui, après tout, constitue une évolution certaine. Je vise l'échelon Monroe d'ici une petite dizaine d'années.  

20 commentaires:

Skiant a dit…

Je trouve tout de même cette discrimination de la bite qui transforme immédiatement en connard assez scandaleuse.
Pourquoi les mâles n'auraient pas le droit eux aussi à pouvoir chercher un partenaire majeur et consentant sans que directement on ne les assimile à des animaux en rut ? Faut pas déconner, même les mecs les plus adorables du monde (genre moi, en plus d'être modeste je suis également le gendre idéal) ont des envies à combler.

ophise a dit…

"2000 ans d'histoire" peut-être... ???

Sinon... c'est bien que tu progresses !!! Attends juste de passer un peu plus de 10 ans avec la même personne dans le même lit et... parfois... souvent... le matin eh eh ma foi il faut savoir profiter aussi du côté "désinhibant" du sommeil hin hin
(je nierai jusqu'au bout et prétend dès maintenant que l'on a usurpé mon identité pour ce commentaire !)

matiu a dit…

non, pitié, non, pas Nicolas Demorand, non! je peux tout pardonner y compris de se barrer le matin sans dire un mot, mais pas d'écouter Nicolas Demorand! c'est ignoble!
comment peux-tu écrire des choses si drôles et écouter Demorand?
continue donc à te lever tard si ca te chante, tu n'as pas à justifier tes horaires ou ton mode de vie, mais si possible change de radio...

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
*nOunOurs* a dit…

Premier commentaire sur ton blog ( je crois). Blog découvert grâce à Maïa Mazaurette =)

Ah là là, pour moi le matin y'a pas de vie. Si je me lève entre 5h et 7h je suis de mauvaise humeur toute la journée. Après ça va à peu près mais faudrait empêcher les gens de pouvoir me parler. Les gens qui racontent leur vie dès le matin y'a rien de plus barbant. Avec leur bonne humeur qui me nuit gravement à la santé.

titiou lecoq a dit…

Skiant : bah oui. C'est comme ça. Mais dis-toi que pour compenser, à travail égal, vous êtes mieux payés que nous.

Ophise : Tu nous fais des confidences, dis-donc ;)
Sinon, j'aime bien 2000 ans d'histoire. Patrice Gélinet <3
Mais j'essaie quand même d'entendre Didier Porte.

Matiu : AHAH... Y'a schisme grave là. J'ai jamais écouté autre chose que France Inter le matin. France Inter m'a élevée. Je vois même pas quelle autre radio je pourrais mettre.

titiou lecoq a dit…

nOunOurs : welcome! (Je ne remercierai jamais assez Maïa) On est donc d'accord. Mais comment ces gens font pour être de bonne humeur ? c'est un mystère...

'33 a dit…

Tu te lèves avec le fou du roi ? c'est déjà pas mal. moi c'est plutot le jeu des 1000 euros en ce moment. et c'est chaud.

matiu a dit…

(Bug, je n'ai pas pû valider mon commentaire, je le refais en entier, supprime le premier stp s'il est en double).
A propos de France-Inter: moi aussi jai été élevé à France-Inter, et moi aussi il ne me serai jamais venu à l'idée d'écouté une autre radio pendant 30 ans. Mais désormais je ressent le syndrome de l'amoureux trahis vis à vis de FI. Ma première déception date de 2005, lorsque j'ai découvert que "ma" radio, pouvait se foutre ouvertement de ma gueule avec sa présentation biaisée du referendum européen. Mais comme je suis bonne poire j'ai pardonné. Jusqu'à l'arrivée de Demorand; Ce type est la honte absolue du journalisme, à mettre dans la même case que Jean-Pierre Pernaut. Il piétine consciencieusement quelques valeurs essentielles de mon (ex)métier de journaliste: il n'a visiblement jamais entendu parlé d'honnêteté intellectuelle, de respect des faits, de démocratie dans le débats, de respect des auditeurs. En officiant sur France-Inter, il est l'incarnation d'une pensée archi-dominante dans les médias, emplie de morgue et de mépris pour tout ceux qui auraient l'outrecuidance de ne pas être de leur avis, de ne pas accepter leurs règles, leur cadre de pensée. Et étant donné la puissance de ce haut-parleur qui rentre dans des millions de foyers chaque matin, ils sont chaque jour un peu plus les fossoyeurs de la démocratie.
Désolé si je m'emballe et que je sort les grands mots, mais ce qui se passe sur FI est très grave du fait même de la puissance de ce média, et ayant été moi-même un inconditionnel, ca me fait d'autant plus mal.
Bon voià, c'était encore un commentaire pas drôle. Pour me faire pardonner, voilà une video de chat pour ta collection.

titiou lecoq a dit…

'33 : se lever avec le jeu des 1000 euros, ça va pas du tout. C'est pas aussi atroce que la merdouille associative juste avant mais quand même... Ca donne l'impression qu'on a gâché une partie de sa journée alors que 40 minutes avant, tout est sauf.

Matiu : effectivement, sur le référendum de 2005, je suis absolument d'accord avec toi. J'avais occulté mais maintenant que tu m'en parles, je me souviens avoir frappé mon poste de rage.
Mais... mais je ne peux pas renoncer à France Inter. C'est impossible. J'y arrive pas. Pas du tout que je sois béate devant la finesse de leurs analyses. D'ailleurs, quand le travaillement m'oblige à me lever très tôt, je n'écoute même pas vraiment (à part le journal des sports pour briller en société). Mais je crois que tout au fond, j'ai besoin d'entendre 1°) des gens qui parlent 2°) et surtout les jingles. C'est plus de l'ordre de la berceuse du réveil (oxymore, je sais) que de la vraie source d'informations.

Complètement contre-nature cette vidéo, non ?

'33 a dit…

eh oui, c'est ce que je me dis tous les jours, ne parvenant à sortir de ma mauvaise humeur consécutive qu'à partir de 18h, quand je parviens à me bouger pour une projo.

matiu a dit…

Oui, oui, je comprends parfaitement. Je suis pareil, la radio m'est indispensable le matin. Mais j'ai trouvé un substitut (qui vaut ce qu'il vaut...) sur RFI. L'avantage, c'est que comme c'est centré sur l'international, on échappe aux conneries franco-françaises. Et ca fait un bien fou. Mais du coup je ne peux pas briller en société...
Pour ce qui est de la vidéo, je savais bien que tu relèverai le coté un peu malsain du truc ;)
Allez, pour me faire pardonner, voilà un lol-cat 100% référencé geek (il aurait été mieux en dessous de ton billet sur 4han mais j'ai la flemme, là).

Arno Fresh a dit…

En tant qu'enfant de profs, j'ai été élevé aux matinales de France Inter et laisse moi te dire que dès que j'ai pu, j'ai changé de canal d'infos matinales. (Mais je comprends cet attachement émouvant à notre fleuron radiophonique national.)
Pour le reste, je compatis et je n'oserais te jeter une pierre qu'elle soit première ou seconde (d'autant qu'il y aurait beaucoup à écrire sur le désir masculin du matin : existe-t-il vraiment ou n'est-il finalement qu'un moyen de soulager la fameuse érection mécanique matinale ? (et donc malheur à celle qui se trouve à distance de tir...))
Quant à la communication au réveil, là encore difficile de te blâmer puisque pour ma part il me faut un minimum d'une grosse dose de Cheerios, un double thé et un verre de jus d'orange, plus douche et dents brossées avant que la civilisation des hommes ne me compte à nouveau parmi les siens. Mais si ça se trouve, je suis un gros connard (de fils de profs)...

Cléo de 5 à 7 du matin a dit…

J'aime quand Marilyn sourit sur ton blog, je ne sais pas, mais je te sens heureuse dans ces moments là! Mon intuition féminine sans doute!

Pour les matinées je suis comme toi, je commence à parler vers 15H00, ce qui n'est pas sans poser quelques problèmes lorsque je travaille! Pour l'amour, je me laisse porter sans parler, après tout ça n'est pas si mal, on s'envole un peu...

Mais qu'est-ce que tu me fais dire! J'ai honte!

Mark a dit…

matiu: l'article que tu mets en lien explique que Demorand s'énerve quand on l'insulte en direct. Ouah, c'est vraiment un dictateur.

Titiou: Si tu ressembles vraiment à Audrey Hepburn au réveil, même si c'est uniquement quand il n'y a que ton chat pour le voir, c'est une bonne raison de demande en mariage.

Quand à la private joke "Spike, Lestat, j'ai toujours su que vous étiez faits pour moi.", elle me plonge dans des abîmes de perplexité. (petits mondes, tout ça).

matiu a dit…

Bonjour,
l'actu aidant, je reprend le débat sur le pourrissement avancé de ce qui était jadis la meilleure radio de France, France-Inter:
@Mark: peut-être cet article là te convaincra plus, mais j'en doute, j'ai comme l'impression que tu as déjà un avis sur la question, non? (si je me trompe je m'en excuse sincèrement, mais je n'arrive pas à savoir s'il y avait de l'humour, du second degré, ou du cynisme dans ta réponse: ca passe très mal à l'écrit ces choses là...)
@Titiou:
Quand je disais que France-Inter n'allait malheureusement pas très bien, on en a la preuve aujourd'hui avec l'arrivée de Philippe Val.il est clair que Val y est envoyé avec une mission: dégommer les dernières poches de resistances à la pensée unique, à la bien-pensance et à la soumission intellectuelle qu'il incarne jusqu'à la nausée. Ce sera d'autant plus facile qu'avec sa carte de visite Charlie, il pourra toujours se faire passer pour un défenseur de la liberté d'expression chez ceux qui ont la mémoire courte... Je lui donne jusqu'à la rentrée prochaine (nouvelle grille d'émission) pour dézinguer Mermet. Et les quelques autres grandes gueules, à commencer par Guillon, n'auront même pas à attendre si longtemps...
Franchement ca me fait plutôt mal, comme nouvelle au final, même si ca faisait longtemps que je n'écoutais plus France-Inter, car le pouvoir de nuisance de cet ordure est encore monté d'un cran. Et d'un sacré cran, même...
Je crois franchement que si tu veux t'éviter une ulcère matinal, il faut que tu songes sérieusement à tester un autre radio : France-Culture pour le réveil c'est cool: c'est super lent comme rythme, avec des vrai phrases qui comportent parfois des subordonnées, un truc de dingue quoi...

Mark a dit…

Matiu: Oui, j'ai mon avis sur la question qui est bien celui que vous croyez. J'aime bien Demorand, je trouve amusant qu'on lui reproche simultanément d'être servile et d'être un roquet accroché au basques de ses invités. Nous serons donc en désaccords sur ce sujet, cela arrive (à l'opposé, sur Val et FCulture, je suis à peu près sur la même ligne que vous).

Clem a dit…

Alléluia.
La prochaine fois qu'on me sautera dessus au réveil je me sentirai moins seule (si je puis dire).

Matt a dit…

Je suis rentré dans ce blog par la porte des toilettes (cf chiottes n°3) et depuis quelques jours ce blog est devenu ma cours de récréation (genre : Coup de fil d'un client chiant (pléonasme), je me calme les nerfs en lisant un post)

Sur le sujet qui nous préoccupe ici, soit rassurée c'est physiologique : Les rythmes sexuels des hommes et des femmes sont, parait-il, différents. (Mais heureusement compatibles sinon aujourd'hui les lémuriens régneraient sur cette planète !). Il parait aussi (c'est une étude sérieuse qui le dit, mon expérience personnelle ne me permet pas de tirer ce genre de statistiques - panel trop réduit pour être représentatif) que les femmes ne sont pas trop du matin et que les hommes fatiguent un peu le soir... D'après cette étude, le méga pied c'est entre 17h et 19h... Ce qui te permet aussi de t'éclipser une fois terminé en prétextant que tu dois absolument rentrer chez toi car tu veux intervenir dans 'le telephone sonne' sur France Inter !

titiou lecoq a dit…

17h/19h je suis absolument d'accord. (Mais c'est plus des horaires de couple. Ceci étant, j'aime beaucoup ton excuse du Téléphone sonne - émission totalement culte.)
Tu confortes donc mon impression selon laquelle c'est davantage les mecs qui s'extasient sur le sexe le matin. Faudrait que je cherche cette étude "sérieuse".

Et je suis très très heureuse de te rendre ta journée de travail moins pénible :)