dimanche 16 novembre 2008

Retour en photos

Ok, j'ai déserté depuis quelques jours ce qui engendre chez moi un désagréable sentiment de culpabilité. Exactement pour ça que je redoutais de faire un blog, me rajouter un petit tiret sur la liste des choses hebdomadaires "à faire absolument" au risque de tomber dans la tirade "argh je suis une immonde crotte, j'ai pas blogué, incapable de tenir mes propres impératifs, allons-nous pendre à ce réverbère".
Donc, pour rattraper mon retard, m'y remettre en douceur, cuver tranquillement la cuite de la veille, et parce que c'est dimanche, c'est photos. Surtout que j'ai un nouveau format qui permet de mettre des photos gigantesques et mon incroyable talent de photographe méritait au moins ça.

J'ai commencé la semaine en me sentant un peu comme ça :


Si, si, c'est assez parlant comme état d'esprit.

J'avais besoin de prendre du recul, de me ressourcer, me recentrer sur des fondamentaux, essayer de comprendre ma place dans l'univers. Du coup, j'ai fait ça :



Ce qui, en substance, ne signifie pas que j'ai pratiqué du bondage en talons aiguilles dans un bordel du 16ème mais simplement que je me suis trainée à h&m pour la sortie de la collection Comme des garçons. Après avoir constaté qu'une nouvelle fois on essayait de nous entuber en nous vendant des vestes pré-déchirées et moches, j'ai acheté un collier à 2,95 euros (fascinant) qui a eu l'incroyable pouvoir d'éloigner toutes mes interrogations angoissées sur la rupture amoureuse, connait-on jamais vraiment quelqu'un, que signifient ces cinq années de ma vie. Un peu le collier pour solde de tout compte.
Complètement rassérénée par cet achat (putain de société de consommation), j'ai constaté que d'une c'était bientôt Noël (argh... laissez-moi mourir en paix) et de deux que les vitrines de Noël des grands magasins étaient de plus en plus anxiogènes et s'adressaient sans doute plus aux blogueuses de mode qu'aux gamines de cinq ans.

Absolument parfait pour faire des cauchemars. Tu as six ans et on va te faire découvrir l'expression "crise d'angoisse". Un peu comme les pseudos films pour enfant devant lesquels les parents collent leurs mioches : "Tiens ma chérie, regarde le magicien d'Oz" et paie-toi une phobie à vie sur les sons de cloche ou les épouvantails. "Et si on allait voir Hansel et Gretel" où tu apprends que tes parents seraient prêts à t'abandonner dans une forêt parce que tu leur coûtes trop cher (apparemment une pratique courante au Moyen-Age) et que les autres adultes veulent simplement te bouffer.



D'ailleurs, la photo de la blondinette en arrière-plan me rappelle une campagne pour sauver les enfants battus.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Comment rester insensible à toutes ces photos, surtout à certaines, enfin non, soyons honnêtes surtout à une…. Mais c’est l’homme qui se réveille et on est toujours un peux honteux de l’avouer !

Pour le solde, n’as-tu pas été heureuse ou agréablement triste durant ces 5 ans, alors oui….
L’humain à cette étrange tendance à établir un constat pas forcément positif d’une tranche de sa vie sous prétexte qu’elle s’est terminée… Vois ce que tu étais avant et ce que tu es devenue 5 ans après… Et de loin tu es devenue …
Oui bon bref !!!!! (Tu nous diras on ne te connaissait pas avant et on te connaît pas très bien maintenant, alors...)

Pour le magicien d’Oz, c’est un peu comme Henry, portrait d'un serial killer de John McNaughton. Enfin non peut-être pas, et pourtant… lorsque tu montreras ce petit film (Henry !) à tes enfants tu penseras à un groupe de merde qui t’envoyait des messages à la con et te donnait des conseils minables !!! :) Mais on aimerait tant revivre ces moments où l’on se cachait sous la table pour voir cette bonne vieille sorcière de l'ouest, regarder derrière la porte avant d’aller se coucher au cas où…. Mais voilà c’est fini, maintenant pour nous, les sorcières se sont transformées en tas de merdes glaireux qui veulent transformer notre vie, certes ils ont réussi : je ne peux plus me promener dans les bois urbains et commerçants sans que je me sente perdu et exclus de ce monde réservé à ceux qui peuvent acheter ; me faire dévorer tout cru par ces adultes « ogresques » qui dirigent le monde.

Ainsi chaque jour je revis un cauchemar récurrent de mon enfance, celui-ci je l’ai chopé en regardant Métropolis….

v a dit…

lol ces photos de poupées sournoises et arborescentes. lol le coup des "blogueuses de mode".

Nikole a dit…

Ce serait un coup des Galeries que ça ne m'étonnerait pas. T'as vu leurs spots tv "La môde vit plus fôrt" ? Tu foutrais pas tes gosses devant, c'est sûr.