mardi 9 juin 2009

Facebook, la démocratie et les militants


Je m'apprête à faire un post à haut risque dans la mesure où je vais peut-être perdre mes lecteurs de droite. [Sauf mon pote Sly, parce que c'est mon ami et qu'il prend les choses avec intelligence - parce que oui, figurez-vous que j'ai un bon ami sarkozyste revendiqué ce qui, d'emblée, vous prouve mon ouverture d'esprit/ou ma conviction de pouvoir persuader n'importe qui/ou mon peu d'intérêt pour les opinions politiques de mes proches que je laisse se fourvoyer dans l'erreur.] Plutôt que mes "lecteurs de droite" d'ailleurs, précisons "mes lecteurs militants de droite" (sait-on jamais, il y en a peut-être... déjà que j'ai découvert récemment que j'avais au moins un lecteur qui écoute Johnny Halliday).

Tout a commencé en me promenant sur Facebook. Au passage, je m'auto-congratule d'avoir trouvé LE mec en France qui ose mettre comme statut :
"Une très belle fin de campagne pour les Européennes, un émouvant discours de François Fillon, une belle scénographie.. du bonheur.. à l'image de l'Europe que nous voulons."
PFFFF...
J'ai soufflé, j'ai secoué la tête avec une certaine "fatigue de vivre" (mettre l'accent de l'américain qui prononce du français) mais je n'étais pas au bout de mes surprises...
quelques pages plus loin...
j'ai découvert...

Sandra Rodrigues Teixeira.
D'abord, s'est imposée à moi la nécessité d'une opération "Sandra Rodrigues Teixeira is my president". J'imaginais déjà les t-shirts. A ce stade, des gorgées de bonheur inondaient mon oesophage. (Reformulation tordue de l'antique expression : "boire du petit lait")

Je ne peux décemment pas me moquer des fautes d'orthographes de Sandra Rodriguez Teixeira
dans la mesure où le français n'est pas sa langue maternelle. (Même si la différence d'emploi entre ! et ? ne me semble pas propre au français - ex : "merci fatou , mais pourquoi je suis forte !!!!!") Je ne dirai rien quant à ses origines portugaises non plus parce que j'ai une longue histoire avec ce pays...
Au fur et à mesure de mes recherches sur Sandra - oui, j'avais pas l'énergie pour faire autre chose ce jour-là - Sandra s'est transformée. Je ne la connais pas donc je ne me permettrais pas de parler d'elle en tant qu'individu. Je m'intéresse à elle dans la mesure où elle représente le paradigme d'un certain type de militant. Un militantisme assez proche de la groupie attitude teintée d'un désespoir total (c'est-à-dire du report de tout espoir sur un homme précis). Plusieurs traits dominants se dégagent.

1°) la groupie-attitude.
Elle pense que toutes les idées sont les idées de Frédéric Lefebvre. (Elle voue un culte à Fredo, je vous préviens tout de suite.)


Elle commente méthodiquement toutes les activités facebook des hommes de droite avec force !!
pour faire partager son enthousiasme.
Elle met en lien sur leur wall les vidéos de leurs meilleures interventions ainsi que les articles concernant chacun d'entre eux. Et autant dire que ça lui demande un gros boulot puisque dans ses amis, on trouve : Jean-Louis Borloo, Xavier Bertrand, Luc Chatel (sic), Douste, Christian Estrosi, Yves Jégo, NKM, Eric Woerth, Laurent Wauquier mais surtout son héros préféré, vous l'aurez compris, Frédéric Lefebvre qu'elle défendra envers et contre tout (et dieu sait que c'est pas une tâche évidente)



2°) Elle est toujours d'accord avec son interlocuteur - même quand celui-ci écrit pour la contredire - tant qu'il s'agit de quelqu'un de son bord. Elle semble très respectueuse des autres.



3°) par contre, elle se déchaine contre ses ennemis.



4°) il y a quelque chose de l'énergie du désespoir dans ses prises de position. Elle y croit - on est vraiment dans une croyance plus que dans de la conviction rationnelle. Et perdre cette foi, qui prend racine dans une souffrance évidente, signifierait abandonner, être vouée au malheur sans retour ou amélioration possible.



5°) Sa confiance aveugle dans la majorité gouvernementale la rend totalement sectaire et méprisante envers autrui. Par exemple, elle s'emporte sur le blocage des facs alors que de toute évidence elle n'est absolument pas au fait de la réforme. Mais cette réforme vient de l'UMP donc ne peut par essence qu'être salutaire. (Pour le coup, non, non, non, on ne me fera pas croire qu'avec ses problèmes syntaxiques, Sandra est hyper au fait de la réalité de la vie des enseignants-chercheurs). Et son commentaire suinte un mépris absolu au sujet des pauvres étudiants qui seraient instrumentalisés (par Moscou hein bien sûr), c'est-à-dire qui n'auraient aucune autonomie intellectuelle. Puisque, s'ils en avaient une, ils soutiendraient évidemment la réforme. On est exactement à l'opposé du pragmatisme dont se revendique pourtant l'UMP, on est dans de l'idéologie pure.


J'ai commencé ce post en parlant de mes lecteurs militants de droite mais on peut évidemment se demander si l'équivalent n'existe pas à gauche, si je ne devrais pas généraliser à "mes lecteurs militants" tout court. A l'heure actuelle, j'ai l'impression que cette "fan-attitude" est symptômatique du rapport des politiques de droite avec leurs militants. Le PS (je suis désolée, là, je m'en tiens aux deux principaux partis en terme de taille) a perdu cette capacité à enthousiasmer au-delà du raisonnable et du rationnel. Evidemment, nombre de militants dans les deux camps conservent leur esprit critique, il n'est pas question de stigmatiser le principe même du militantisme. Juste de relever que certains conservent la même foi, que l'actuel président est toujours considéré comme un genre de sauveur. C'est lui et certains de ses conseillers, c'est surtout la rhétorique de la nouvelle France, du changement, du modèle libéral anglo-saxon - une somme de fantasmes que ces militants gardent chevillés au corps, confondant des projections oniriques, des impressions, presque des sensations déclenchées par certaines associations de mots comme "libérer les énergies du pays" avec une vraie réflexion sur un programme politique.
Or l'abandon de l'esprit critique dans un régime politique comme la démocratie est une catastrophe. Bien malgré elle, Sandra R. Teixeira participe à l'enterrement du régime politique qui lui laisse la liberté de s'exprimer.


44 commentaires:

Max Manz a dit…

En tant qu'homme de droite, je m'offusque de ce post.
L'UMP fait preuve d'une grande inventivité et est à la pointe dans tous les domaines.
La preuve :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/campagne+européennes+ump/video/x9hj2r_ump-2009-spot-officiel-de-campagne_news

Abstrait ≠ Concret a dit…

Facebook killed the democracy.
Ceci étant dit, je loue évidemment cet élan de courage t'ayant poussé à te farcir la lecture de tous ces infâmes commentaires. T'es une sacrée stakhanoviste maso titiou...

le_butch a dit…

lol j aime bien ta conclusion :-) ca me donne espoir :-)

de toutes facons, facebook c est fait pour raconter des betises entre potes! meme que parfois, les gens ont l air tres sinceres dans leur betise :-p

Mouton a dit…

Ca fait très peur o_O
Le passage sur les "casernes militaires" fait froid dans le dos aussi, indépendamment de la fan attitude de Sandra et de son orthographe...

matiu a dit…

Sublime. C'est marrant la tonalité que tu donnes à ton blog, parfois.
L'équivalent de ton prototype existe malheureusement partout: (se souvenir de la ségo-mania, ou des cries d'horreur dans la salle devant Lionel "je quitte définitivement la vie politique" Jospin.
Ce phénomène existe avant tout parce que la politique a été transformée, par les partis, en une caricature qui se rapproche plus du match de foot que du débat d'idée. Le seul objectif de "gagner pour ne pas perdre" (oui, c'est exprès) a pris la place de la construction d'une société. L'expression même "quelle société voulons-nous construire" est devenue ridicule et vie de sens, grâce au système des partis. Seule compte désormais la survivance du système, scrutin après scrutin, parce que beaucoup (trop) de monde dépend de l'existence même du système quel que soit son projet politique. C'est l'invention du mouvement perpétuel, et on le doit à l'importation en politique de concepts tout droit venu du marketing, qui par définition se contre-fout de ce qu'il vend, à condition qu'il le vende. De la sécurité, du racisme, ou de la fracture sociale, ca n'a aucune importance pour les communicants, c'est une lessive comme une autre. D'ou le résultat auquel nous assistons aujourd'hui: un néant absolue en terme d'idée, et des politique eux-même tellement paumé qu'ils sont prêt à tout pour un maroquin.
Après, la seule chose qui me chagrine c'est que tu tapes juste aussi sur un truc où je me sent visé: c'est la mauvaise foie intrinsèque du militant. Ca aussi malheureusement, c'est absolument vrai quel que soit les idées que l'on défend, je suis obligé de l'admettre...

Skiant a dit…

Je préfère quand tu parles de cul ou de lolcats, ça me divertit mieux quand je suis au taf.

Gyr a dit…

+1 Matiu
Mais la politique a oublié le principe au profit de la com'. L'important, c'est de donner une impression, de trouver le meilleur slogan, de faire le "buzz" même...
C'est un enchaînement de campagne publicitaire.
Et comme d'hab, généralement, on prend ce qu'il y a, faute de mieux.

Loïs a dit…

"leur avis est secondaire, l'armée pourrait les tenirs"
frédérick beaumont, c'est un fake, O-BLI-GE

sinon, moi j'ai à peu près la même chose mais version "fan de la droite/groupie de dieu". des anciens potes de primaire retrouvés sur facebook qui ne parle que de ça, se donnent des conseils sur quelle église donne la messe en latin et rejoigne des groupes types "je lis l'interview du pape jusqu'au bout avant de critiquer", "marre de la lutte des classes" et "Louis XX" (un petit côté royaliste ne fait jamais de mal) - je rajoute "pétition contre l'utilisation de chiens comme appâts pour les requins" parce que ça me fait rire.

un post là dessus bientôt si tu me permets de faire le pendant catho et si je trouve un angle pas trop con

Zoé a dit…

Un brillant billet.

"Sandra Rodrigues Teixeira", ça ferait une bonne source de conneries pour alimenter un fake sur un forum !

Ca me paraît juste... Iréel ce genre de discours...

piedo a dit…

En fait, sa fan attitude de base a changé son facebook en skyblog...

Tout y est, syntaxe approximative, kikoolol, niveau de réflexion proche du néant. J'imagine déjà les cris suraigus si elle vient à croiser Lefebvre IRL.

Tehanor a dit…

Yep, la mauvaise foie du militant a toujours existé. Mais contrairement à ce que suggère matiu (pardonne-moi si je t'ai mal compris), elle ne s'est pas exacerbée avec l'ère du tout communication. Pas plus que grâce à Facebook d'ailleurs. Évidemment on croit toujours que son époque est la pire, qu'elle atteint le summum de la déchéance intellectuelle, mais quand on voit ce qui se faisait avant, je pense qu'on est quand même en train de devenir moins cons, même si y'a toujours quelques types un peu barges prêts à se ridiculiser sur la place du village. Je sais pas moi, il suffit de penser à la chasse aux communistes. Ou encore à Hitler : ce qu'il y a d'effrayant, avec lui, ce n'est pas tant qu'il fut un boucher (de toute façon, une bonne partie de la populace voulait la même chose que lui), c'est qu'il avait l'air tellement crétin, dans son mood parodie de dictateur, qu'on se demande encore comment des gens ont pu un moment le trouver crédible.

Comme Titiou les militants enfoncés jusqu'au cou dans leur connerie m'ont toujours fait marrer. Mais un jour, je suis tombé par hasard sur un article, dans Femme Actuelle ou quelque chose du genre, qui disait que l'homme idéal se devait d'être apolitique. Ou alors qu'il devait voter blanc ou écolo. Et là, je me suis mis à craindre l'inverse. Et si l'évolution qu'on était en train de connaître (disparition des mouvements de classe, individualisation des vécus, désaffection des syndicats) était en train d'annoncer une nouvelle ère de coolisme apolitique ? En gros que les électeurs deviennent aussi léthargiques, qu'il se laissent autant embobiner par le discours politique que par une publicité nous vantant les bienfaits de bifidus actif. Et j'en reviens à l'accusation de matiu. L'introduction du marketing dans la politique produit justement l'inverse du militantisme. Il fait dorer tout ce qui est peu reluisant pour faire de chaque idée une idée potentiellement cool. Alors que le militant, lui, n'a pas besoin d'être convaincu. Il est déjà acquis à la cause. Avec le marketing politique, les idées nauséabondes sont toujours là, mais elles paraissent tellement plus lisses qu'elles n'offrent plus aucun prétexte à la révolte. Et quand on nous incite à voter blanc ou vert jusque parce que c'est cool d'être apolitique, je regretterais presque qu'il n'y ait pas plus de Sandra Rodrigues Teixeira qui défendent avec acharnement (aussi débilement le font-ils) leurs convictions politiques. Mais je dis peut être ça aussi car je regrette d'en avoir aucune, de conviction.

Matt a dit…

La différence entre la fan attitude de droite et la fan attitude de gauche ? : Les fans de droite s'enthousiasment pour un chef, un leader et ensuite le suivent quasiment quoiqu'il dise/fasse. Les fans de gauche s'enthousiasment pour une idée, un concept et n'en démordent pas même si une fois mise en œuvre les résultats ne sont pas là...
Dans les deux camps on trouve des "caricatures" comme Sandra.

Je suis en peu "so-so" par la fin de ton post :"Or l'abandon de l'esprit critique dans un régime politique comme la démocratie est une catastrophe. Bien malgré elle, Sandra R. Teixeira participe à l'enterrement du régime politique qui lui laisse la liberté de s'exprimer."
Ca sonne super bien (je l'ai lu à voix haute et ça le fait graaave) mais y a un quand même un truc qui me gène...

Il est clair qu'une démocratie où l'ensemble des votants auraient les bagages intellectuels et techniques ( = économique, social, scientifique, ... etc...) suffisants pour voter en fonction d'une véritable analyse critique des propositions des politiques seraient géniale ! mais cela n'existe pas et n'a jamais existé. La démocratie devient-elle une catastrophe si une partie des votants n'ont aucun esprit critique ? A partir de quelle proportion cela devient une catastrophe ? ... on fait quoi ? on instaure une permis de voter avec une épreuve d'esprit critique pour éviter que les gens votent n'importe quoi ? "Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple." Brecht.

C'est pas facile, mais je pense qu'il faut accepter que certains votent sur la base de critères très subjectifs et tout faire pour que l'esprit critique progresse dans notre société. Il faut sauver le soldat Teixeira !

Dernier point, il m'est difficile de trouver ridicules les militants de droite qui s'enflamment sur un "libérer les forces vives du pays!", ça fait certainement du sens pour eux. Après tout, je me suis moi bien enthousiasmé pour le "yes, we can" d'Obama alors que c'était la réplique fétiche de Bob le bricoleur (taper "bob the builder" dans google si vous ne me croyez pas !)...

Perdita a dit…

Je me fout qu'elle soit militante de Droite ou de Gauche. Dans un sens moi ce qui me dérange c'est que Sandra R. Teixeira a tout d'une connasse de la pire espèce qui a le droit de vote. La moitié des enjeux sociaux lui échappent totalement et très probablement qu'elle s'en fout.
Ce qui est gravissime c'est qu'elle est sans doute plus représentative des votants qu'on ne le pense. elle ne sait rien, elle écoute bêtement le dernier qui a parlé, elle n'a même pas d'avis personnel.
Et là, je suis mignonne je ne parle pas de sa coupe de cheveux.

Piedo a dit…

@ Perdita

clap clap clap !

C'est clairement une connasse indécrottable, le type même de la personne avec qui il est impossible de parler intelligemment. Tout simplement parce qu'elle est incapable de la moindre réflexion.

Par contre, là où il y a une vraie différence entre la droite et la gauche, c'est que la droite (enfin l'UMP) a fait de ce pseudo bon-sens, hein mâme Chabot, un véritable étendard. Ce côté populo à la Balkany, genre "j'fais pas d'idéologie, j'fais du pragmatisme", est proprement insupportable. Non seulement parce que la vulgarité devient un étendard mais aussi parce qu'il légitime l'envahissement de l'espace public par des gens comme Sandra.

Elle peut effectivement être décomplexée et nous faire subir sa vulgarité crasse et son QI de poule, puisque l'exemple vient d'en haut. De Lefebvre à Sarkozy en passant par Morano, force est de reconnaître que nos représentants ne font pas dans la demie mesure quand il s'agit de tirer le débat vers le bas.

Snah a dit…

Excellent billet, je me suis fait tellement de fois la réflexion sur ce genre de commentaires sur Facebook... Je plussoie !

Michael a dit…

Juste un lien : http://lefebvrotron.fr/

Arno Fresh a dit…

Alors je tiens à dire à dire que j'ai moi-même un excellent ami UMP (j'ose même pas dire à quel niveau il est - plutôt high sur l'échelle de Lefebvre) et je le garde précieusement car c'est le seul ami UMP que j'ai (en plus, c'est vraiment un mec bien. Vraiment. Je sais : c'est perturbant...)
Bref,vous en vous foutez c'est juste pour dire que la Sandra, c'est plutôt de la chair à Confessions Intimes qu'une passionaria des débats en tribune, la fan new generation comme seule la politique spectacle pouvait en engendrer. Je suis même quasi sûr qu'elle a tous les disques de Christophe Maë chez elle. (et ne pourra peut être même jamais découvrir je sais pas moi... Stuck In The Sound par exemple)
Je vais me coucher, je m'enlise là...

Arno Fresh a dit…

Ah... et ouais : dédicace dans l'avatar...

matiu a dit…

@theanor: dans l'ensemble tu as compris ce que je cherchais à dire, merci. Et je suis tout à fait d'accord quand tu dit :"L'introduction du marketing dans la politique produit justement l'inverse du militantisme. Il fait dorer tout ce qui est peu reluisant pour faire de chaque idée une idée potentiellement cool.(...) les idées nauséabondes sont toujours là, mais elles paraissent tellement plus lisses qu'elles n'offrent plus aucun prétexte à la révolte."

Après pour le plaisir de chipoter un peu je vais essayer de défendre mon point de vue: l'ére du tout-comm' a ceci de dangereux qu'il démultiplie la présence de l'imbécile heureux dont tu parles: ce n'est plus devant 4 poivros sur la place du village mais devant des millions de personnes qu'il s'exprime, et en deviens d'autant plus dangereux. Si elle peut prêter à rire, la miss Teixera n'en est pas moins extrêmement dangereuse car grace à ce haut-parleur elle va convaincre des gens, ou les conforter dans leurs opinions. j'en suis sûr.
Tout comme Perdita, je pense aussi que des gens comme ça existent pas milliers...
Et pour finir, 100% d'accord sur le danger de l'apolitisme: c'est la faillite absolue de l'intelligence.

@Matt: intéressant, mais malheureusement la gauche a eu plus que sa part de culte du chef. Sauf qu'en général c'était des dictatures, certes. Mais il n'empêche, la tonton-mania, la ségo-mania ou la jospinite on été des grands moments de ridicule, pour ne prendre que les exemples les plus récents.
c'est pour ca que titiou a raison sur sa fin de billet: on a là des exemples d'abandon d'esprit critique qui ont permis à des gouvernements "dit de gauche" de mener des politiques franchement de droite... déjà le brouillage des cartes...

lucie a dit…

n'empêche, elle me fait penser à une fan de cindy sanders!

Morille a dit…

Sandra Rodrigues Texeira est bête et elle a des cernes.
Je ne l'aime pas.
Je préfère les bébés tamanoirs.

(en toute logique, si je poste encore un commentaire de ce type faisant allusion à des videos de bébés animaux, tu devrais commencer à avoir peur de moi)

Morille a dit…

A l'attention de celui qui pensait que Frédéric Beaumont est un fake, non, Frédéric Beaumont n'est pas un fake, car le rôle de Frédéric Beaumont est de diriger des chantiers que ce soit sur les moyens humains et matériels, le choix des sous traitant, sur la technicité, le relationnel et les chiffrages.
(sic)

Matt a dit…

@matiu:un point pour toi pour la ségo-, tonton- ou jospino-mania. Au moment même où j'ai appuyé sur "publier", je me suis dit que le début de mon commentaire était un peu foireux (comme toute généralisation...).

@Perdita: La démocratie, c'est une personne = un vote. Même si c'est "une connasse de la pire espèce"... Je vérifie quand même dans le code électoral s'il n'y a rien sur les cheveux gras... y a des limites à tout !

Anonyme a dit…

Ce qui est alarmant, et qui fait mal, c'est que le désastre de la gauche vient de la réflexion que chacun devrait avoir sur l’utopie humaine, qui fait que l’homme lutte contre ses penchants monstrueu et moyenâgeux, ça ne veut pas dire qu’il est niais mais qu’il est au-dessus de lui-même en quelque sorte, au dessus du monstre , un super moi qui se fixe des limites à la puissance (pas un dieu à la con à qui on fait porter nos erreurs !!), à la destruction, l’égoïsme….Ben oui mais pour l’avoir cette réflexion il faudrait encore qu’on nous en laisse la force et le temps !!!!!! Depuis 10 ans et plus même, on nous remet le goût du réalisme reptilien à la page, les croisades cathos ont été remplacées par la délocalisation, et l’épée par la carte bancaire. Les dirigeants nous rabâchent qu’il faut vivre avec la mondialisation, avec son temps et que ce serait stupide de vouloir changer les choses. On a même l’impression que c’est comme un mécanisme vicieux qui est sans retour : L’être humain ne peut pas changer ce qu’il a inventé, on y peut rien !!!!!!

Putain !

Ces chers amis de la fortune, de la croisade néo catho capitaliste ne laissent plus à personne le temps de penser tout bêtement, ils nous exploitent à fond, nous crèvent, nous abrutissent de conneries pseudo culturelles… Résultat des courses, ben on ne peut que subir et adhérer , plus le courage de se dire qu’on peut changer notre destin, il faut bosser pour acheter toutes ces merdes qui bouffent notre quotidien, se créer des besoins pour faire vivre quelques personnes qui elles se frottent les mains et ne comptent même plus leur fortune, et ainsi le cercle vicieux est lancé….

Cette fille on ne peut pas la blâmer elle est perdue dirons nous, dans ce flux qui nous dit, « prends la place de ton voisin qui pense trop, bosse et ta gueule », elle est sous le joug de ceux qui possèdent le pouvoir, elle se dit peut-être, qu'elle n'a pas le choix si elle veut survivre!

Bonjour, j'aime beaucoup ton blog.

nameless` a dit…

C'est aussi ça la liberté d'expression ...

La Fusée a dit…

Frédérick Beaumont à l'air très très très sympa aussi...

Anonyme a dit…

moi je suis gênée. j'adore ce blog, mais là cette espèce de jouissance collective à lapider quelqu'un sur la place publique me fout les boules.

matiu a dit…

@Lucie: Cindy Sanders, ha ha ha... non sérieux, c'est pas gentil, tu tires sur une ambulance, là... ha ha ha !.. oups.. non, non, il faut pas se moquer (...mais putain, c'est drôle quand même, arf arf arf... bon ok j'arrête...)

@Matt: faut dire, là pour le coup, c'est moi qui tire sur l'ambulance: le PS, franchement, cible (trop) facile...

@anonyme2 (celui du 11 juin 2009 20:53, car quelque chose me dit que tu n'es pas le même que anonyme1 du 10 juin 2009 17:22 ...)
Remarque intéressante: je ne veux pas parler au nom des autres, mais pour ma part ca n'est pas la personne mais sa fonction, sa place dans un processus de propagation d'idées qui m'intéresse : Bourdieu expliquait en gros que lorsqu'on veut mener une critique d'un système, on est obligé d'en passer par une critique de la personne car dans le monde actuel c'est la personne qui incarne la fonction. Ce qui explique, par exemple, la virulence des attaques anti-sarkozy: je ne veut pas "réellement", ou "physiquement" la mort de Sarkozy, mais je souhaite au plus fort de mes convictions sa disparition symbolique du champs politique en tant que ce qu'il incarne, de part sa fonction et de part les idées qu'il défend.
L'exemple de la miss Teixera c'est idem: elle est dangueureuse en tant que ce qu'elle incarne de milliers de gens comme elle, aveuglés par une nouvelle mystique. Et en cela je pourrai reprendre l'essentiel des propos de anonyme1, justement. En particulier la superbe formule "remise au goût du jour d'un réalisme reptilien" qui me semble parfaitement imagée pour des bestioles à sang froid comme Sarkozy, Hortefeux...
Pas de lapidation sur la place publique, donc.
Et il ne faut pas oublier une chose: à son petit niveau, elle choisi son action militante, elle choisi de s'exposer de la sorte en groupie....

Perdita a dit…

@ Matt : Je n'ai pas remit en cause le système démocratique... Enfin je ne pense pas. Je mets juste en avant que, parmi les votants, il y a des Mme Teixera. Que l'origine de son implication dans la vie politique semble plus près de la no-life qui adhère à un parti par désœuvrement qu'à une réelle analyse de la situation politique.
Maintenant, oui je me désole que certains votants manque de discernement, parce que le sujet n'est pas léger. Quand aux cheveux, ai-je jamais supputé qu'ils étaient gras?

Anonyme a dit…

quoi t'as un ami qui prend les choses avec intelligence et qui en plus a le meme nom que moi ..mais alors je suis decu decu decu!
sly

Matt a dit…

@Perdita:Les cheveux gras, c'était de l'humour ;-)... et je ne t'accuse pas de vouloir remettre en cause le système démocratique.

Ce que j'essaye d'exprimer (mal sans doute) dans mes deux commentaires précédents, c'est qu'à un certain niveau on est tous des Teixera. Le monde, la société, la vie sont complexes (et ils l'ont toujours été - pour moi, c'est une erreur de croire que la complexité est liée à la modernité), et donc impossible (a part pour quelques surhommes ou surfemmes ?) à appréhender complètement. Du coup dans tout engagement politique, il y a une part de réflexion et il y a une part de "foi". Un coté "intellectuel" et un coté "romantique". Mme Teixera est a priori a donf dans le romantisme (je dis a priori car c'est je ne sais pas si sa pensée peut se résumer à ce qu'elle écrit sur facebook.)

Rejeté ce "romantisme" politique, au titre du fantasme de l'engagement basé sur la raison pur, c'est non seulement se mentir à soi-même mais aussi nié notre condition humaine. Et cela est une catastrophe pour la démocratie (@titiou : Pas mal non ?... sonne trop bien pour être complément vrai... mais c'est une expression de ma partie romantique qui privilégie la forme sur le fond - cqfd).

Sans aucun rapport avec ce qui précède, si vous lisez l'anglais, je vous conseille l'article suivant : http://www.theatlantic.com/doc/200906/happiness

Anonyme a dit…

merci Matt pour ces explications. (je suis l'anonyme 2 du 11/O6 20:53). Je n'avais pas en tête que tous ces propos étaient publics. Néanmoins, certains commentaires relevaient plus du déchaînement. L'exemple des anti-Sarkozy est très utile, mais je ne suis pas aussi convaincue que toi concernant la portée 'symbolique' de toutes ces attaques. Dans de nombreux cas, il semble qu'on tombe également dans le fétichisme nauséabond (et moi la première, quand il s'agit de lui).
bonne journée à tous..

lucie a dit…

j'ai fait rire au moins quelqu'un aujourd'hui
merci matiu
je ne suis pas garante du bien et du mal et pis je ne sais même pas ce que c'est d'abord; alors ce que pense les humains....

matiu a dit…

@lucie: oui, oui, en effet c'était un bon moment de rigolade. Après, pour la question du bien et du mal (est-ce bien ou mal de tirer sur les ambulances juste pour la joie de faire rire ses petits camarades?) il faudrait demander à Titiou de nous faire un billet sur la question ;)
Et enfin pour savoir ce que pensent les humains... ben je risque pas t'aider, chui paumé aussi. Le premier qui trouves préviens l'autre, ok?

titiou lecoq a dit…

Matiu : je peux peut-être te déléguer quelques billets, non ?
(ouais, je sais ça s'appelle de la sous-traitance et il parait que c'est vilain). Mais je les signe de mon nom (et là, ça s'appelle un nègre et c'est vilain aussi.)

lucie a dit…

ba ça tombe bien matiu
je cherche, je cherche, je cherche
J'suis devenue une tête chercheuse, tu sais à côté de mes plants de tomates tout ça ^^
bon , je constate juste pour le moment que c'est un beau bordel.
J'ai vraiment l'impression de faire ma crise d'ados sans l'acné (ouf!)
je compte sur toi également ;)
merci titiou d'exister (bon t'as l'adresse de tes parents parce que t'y peut rien en fait)

matiu a dit…

@titiou: naaann, j'ai arrêté le journalisme, c'est pas pour rien ^_^ sinon, ce serait avec plaisir, mais tu sais comme j'ai un peu abandonné l'écriture, tu t'exposes à des trucs... heuu... pour le moins expérimentaux. Et puis je ne sais pas, ca n'est pas ton genre j'ai l'impression, ce genre de facilité. Et ca serait tellement dommage pour tes lecteurs....
@lucie : Ah ben oui, les plants de tomates, attention au chat, tout ça... Mais tu sais, ce que tu appelles une "crise d'ado" risque de durer indéfiniment. Du moins je te le souhaite, et il faut même la cultiver. Car ceux qui pensent avoir "la" réponse ont juste abandonné la quête. On partagera nos indices en chemin.

lucie a dit…

tape m'en 5
deal ok pour moi

Francois a dit…

Oui on sait que l'UMP est à la pointe du progrès... comme le PS, comme tous les autres partis à leur manière.

Ce qui était écrit noir sur blanc dans cet article était la critique ouverte du fanatisme politique... Ou plus communément voir la paille dans l'oeil du voisin sans voir la poutre qui est dans le sien.

Et en lisant bien, vous verrez aussi que la bloggueuse remet en doute sa propre neutralité dans un accès de dérision hors du commun.

Donc j'en revien à l'article en lui même qui est la critique des opinions non-argumentées d'une croyante (oui à ce niveau la c'est religieux, voire même sectaire) et non une critique de l'UMP en tant que partis.

(Oui je sais que j'écris à un aveugle et que ça ne sert à rien, que mon post est en retard d'un mois et demi, que j'ai oublié de vider mon sac avant de faire ça... mais ça me décharge d'une journée frustrante. Et prendre un enfant par la main ça soulage parfois. En l'occurence j'essaye de lui apprendre à lire autrement que mot à mot et en biais. Alors... pari réussi ou foirage complet ?)

Francois a dit…

Bon... nouveau commentaire pour dire de ne pas accepter le premier si c'est possible puisque j'ai répondu au premier post, croyant que c'était le dernier...

Je me suis encore levé du bon pied moi...

En tout cas, lire ce genre de choses rafraichit même si la convenance aurait voulu que les noms ne soient pas cités. ^^

Amélie a dit…

juste pour rebondir la conclusion, il existe des "frères" de Sandra au PS (enfin je ne sais pas s'ils sont encartés ;)). En tant que militante socialiste, mon "préféré" est Truong Xuan Huynh... je te conseille la lecture de ses statuts et des débats auxquels il prend part. j'ai pleuré de rire quand il m'a traité de fausse socialiste fausse communiste et fausse capitaliste sur son statut quand j'ai refusé d'être son "maie" :)

Etienne a dit…

Je confirme, Truong Xuan Huynh est absoluement hallucinant, dans le même registre !
Il part dans des délires complètement improbable,; et est totalement fasciné par Ségolène Royal qui va, selon lui, sauver la gauche, sauver la France, sauver l'Europe, sauver le Monde.
Moi il m'a traité de traitre et de calomniateur parce que j'ai osé dire que mettre 1à fois le clip de campagne de Ségolène, c'était peut-être pas le meilleur moyen de gagner les européennes...

Knaki a dit…

Je reviens que la "fan-attitude" symptomatique de certains. C'est pour moi une conséquence logique à l'endoctrinement éducatif de notre société, à savoir que "L'autre camp c'est l'ennemie".

J'ai pu le vérifier tant de fois, l'autre, l'étranger (au sens large, prenez pas ça de travers), celui de l'autre côté de la barrière, ne fait pas parti de notre groupe.

C'est d'ailleurs quelques chose que l'on retrouve en psychologie sociale, avec les biais endo-groupe ou pro-groupe (je peux fournir de la lecture pour le lecteur que ça interesse), mais la théorie reste la même, on minimise par exemple les défauts de son propre groupe (aka parti politique du petit nain), et l'on exagère les défauts de l'autre groupe (aka le parti qui s'entretue).

Pour ma part, ce phénomène est tellement fréquent qu'il en frôle la caricature (en tout cas de ce que tu mets en avant de cette Sandra).

C'est dommage que les gens ne se remettent jamais en question... ou alors post mortem.

Viens dans mon camp, viens ! Les autres sailemalabsolu :p

PS@Titiou : J'aime beaucoup ton style d'écriture, c'est vraiment agréable à lire <3

Anonyme a dit…

du nouveau sur la Teixeira : checkez le mur de Fred Lefebvre : c'est maintenant que ça se passe!